vendredi, mai 15, 2009

Attention : grossièreté

Évidemment, les trous de cul existent.
Évidemment, ils nous font chier.
C'est d'ailleurs exactement ce à quoi ils servent.
Alors pourquoi nous plaindre ?

la disponibilité du papier

lundi, mai 04, 2009

Pause

Je suis passablement fatigué par les temps qui courent.
Je disparait donc temporairement (du moins, tout comme vous) je l'espère, de la blogosphère.

l'attente d'un retour

dimanche, mai 03, 2009

samedi, mai 02, 2009

Vancouver

Lire d'abord, une nouvelle chronique publié dans ce sanctuaire hier.
Chers petits crétins, il me fait plaisir de venir ici baliser les frontières de votre ignorance.
Cet être exemplaire qu'est le neurone m'a demandé de vous parler des origines du nom de Vancouver.
Et bien, deux de pique que vous êtes, sachez que ce nom est attribuable à Mario Bilodeau de Dolbeau.
Cet émérite bleuet, après avoir traversé les Plaines, escaladé les Rocheuses d'un côté et les avoir dévalé de l'autre, a finalement atteint, non pas les Indes comme il le croyait mais le Pacifique (lui qui était un être belliqueux).
Surmontant héroïquement son analphabétisme et sa débilité, encore plus profonde que la vôtre, il écrivit une lettre à sa mère.
Il dû la lui remettre en mains propres (pour la propreté on repassera parce que cette dame (si j'ose dire, et oui, j'ose) est probablement à l'origine de la première épidémie de grippe porcine au monde)parce que Postes Canada était en grève (la première d'une série de plusieurs centaines)(je partage avec le neurone, cet individu brillant et attachant, la manie des parenthèses). Encore un petit coup(). Maudit ça coûte pas cher (et ça fait du bien).
Malheureusement, pris d'une entérite et mal pris sans papier approprié, il dû prendre la lettre qu'il destinait à sa mère pour accomplir des fonctions hygiéniques primaires (vous en êtes d'autres). L'urgence de la situation ne lui permettant pas un discernement dont il était par ailleurs incapable, il utilisa d'abord les premières pages de sa lettre de sorte qu'il ne resta plus que le dernier feuillet où lancé dans une description du climat local, Mario concluait par quelque chose dans le genre de :
Ici il pleut tout le temps
et il vente chaque fois qu'il pleut
le soleil se montre rarement et le ciel est sou-
vent couvert.
X (Mario étant analphabète signait d'un X aussi majuscule que votre crétinisme).
Le dernier feuillet ne comportant que la dernière ligne, la mère ne put lire que :
vent couvert
Qui au fil des millénaires s'est transformé en ce que même des ignares comme vous savez, le nom que porte aujourd'hui la merveilleuse ville de Vancouver.
Je vous remercie de votre attention sauf Lurch, qui a toujours la tête dans des nuages semblables à ceux que l'on rencontre en Colombie-Britannique, qui me fera le plaisir de copier dix fois le présent billet sans utiliser les fonctions copier coller.
Et n'oubliez surtout pas de m'acheminer vos questions car je brûle d'impatience à l'idée meubler un peu les insondables cavernes que sont vos cervelles.

Bobosse, professeur émérite

vendredi, mai 01, 2009

Une nouvelle chronique

Je vous entends d'ici trépigner de joie à cette idée.
Devant le succès inestimable de la chronique du docteur Rikse qui a déjà fait trois fois le tour de l'univers, je vous annonce l'arrivée d'un nouveau chroniqueur dans ce vénérable sanctuaire de l'improbable.
C'est donc avec une grande émotion que je vous présente un des préférés de mon ami Lurch, l'ineffable professeur Bobosse, l'érudit polyvalent.
Et du même coup je vous invite à lui faire parvenir toutes vos questions, exception faite de celles sur le sexe, seul domaine où notre vénéré professeur présente quelques lacunes.
Et pour ouvrir le bal, je déclenche les hostilités en demandant au noble professeur : d'où vient le nom de Vancouver ?
Après un première réponse spontanée : ce nom vient de Vancouver, le professeur s'accorde un moment de réflexion à la suite duquel je reviendrai vous livrer le fruit de ses recherches sur ce fascinant sujet.

l'élève confit