vendredi, décembre 26, 2008

météo

Quand il est question de réchauffement climatique, pourrait-on préciser de quelle planète on parle ?

le fond de l'air

question quizz

De nos jours, malgré son aspect commercial, la plupart des gens savent que les chrétiens célèbrent à Noël, la naissance de Jésus.
Par contre, un petit sondage autour de moi m'a permis de réaliser que peu de gens se souviennent de la fête chrétienne soulignée le 1er janvier.
Et vous ?

la bonne année

mardi, décembre 23, 2008

$

Par les temps qui courent il semble que tout le monde cherche des sous.
Si ceux et celles qui les ont trouvés pouvaient les remettre, ce serait gentil et on pourrait passer à autre chose de plus intéressant.

la sollicitation électronique

lundi, décembre 22, 2008

synonyme

Ériger un monument, c'est une érection monumentale.

le page du dictionnaire

samedi, décembre 20, 2008

histoire sans nom

Avertissement aux extra-terrestres ou autres visiteurs de ce lieu désertique, ce billet (d'entrée) est la suite de Désolation, publié aujourd'hui même sur ce site enchanteur. Il vous est donc fortement conseillé de commencer par le début si vous ne voulez pas que ça finisse mal.

" Une mise en échec tout à fait légale. Même pas un de ces coups salauds qui font tant réagir des partisans venus ici pour ça.
Rien de bien spectaculaire non plus. Un petit jeu de routine, comme les coins de patinoires en voient des centaines à chaque saison. Pas de sang sur la glace, ni au visage du joueur qui se retrouve assis, adossé à la bande, tout seul dans son coin.
Personne ne lui prête attention, sauf un juge de ligne qui s'approche nonchalamment vers lui pour l'inciter à se grouiller un peu.

Dans l'esprit de Jacques Rivard, il ne se passe déjà plus rien.
Dans sa tête, les globules rouges par millions, accompagnés d'un nombre plus restreint de leurs frères blancs, se précipitent vers de nouveaux territoires, vers une liberté tout aussi utopique que les autres. Mais, peu importe, pour un globule rouge, mourir en dehors du grand cirque vasculaire, c'est le top du top, le rêve de toute une vie.

À chaque seconde, le flot des immigrants s'amplifie.
À chaque seconde, les chances de survie s'amenuisent.

La lumière rouge, dans la tête du juge de ligne, vient de s'allumer. Agenouillé devant le corps du joueur, il réalise, sans imaginer l'ampleur du désastre, qu'il ne reste pas là, assis sur la glace, à attendre le prochain train.
Déjà il fait signe aux soigneurs et l'attention de tout l'aréna se porte sur le blessé qui s'attire quelques huées, les dernières de sa misérable carrière. Ce n'est que lorsqu'on étend le corps inerte sur la glace que la foule se tait, soudainement intéressée.
D'un geste un soigneur réclame une civière. Ici et là claquent quelques timides applaudissements que Jacques aurait été bien content d'entendre."

la hauteur de l'auteur

Désolation

À part quelques brebis égarées, plus personne ne vient ici.
C'est devenu un journal intime, le cimetière de mes idées tordues.
Vous pensez peut-être que je me vautre de nouveau dans l'auto-apitoiement, pas du tout.
Je me dis au contraire que quelqu'un quelque part manque une croisière sur lequel il aurait pu s'amuser. Si quelqu'un passe à côté d'ici, ce n'est certainement pas moi.
Et pour vous prouver ma bonne volonté, malgré votre pitoyable absence, je vous offrirai pour Noël le début d'un de mes innombrables débuts de roman.
Je l'ai retrouvé un peu par hasard sur mon portable que j'utilise très peu pour écrire à cause d'un problème de clavier.
Ce fût pour moi une bonne surprise : en toute honnêteté, en le lisant je reconnaissait mon style (si on peut parler de style) mais je n'avais aucun souvenir de l'avoir rédigé.
Triste parce que c'est une des meilleurs choses (ou patente si vous préférez) que j'ai écrites à ce jour.
Je vous en fait cadeau.

le joyeux Noël

vendredi, décembre 12, 2008

Titres

J'ai toujours aimé écrire.
" J'aurais voulu être un artiste* ", un peintre, un musicien, un écrivain.
Mais je n'ai jamais eu le temps, le courage et le talent pour aller bien loin sur ce chemin.
J'ai néanmoins complété, il y a plusieurs années, un premier roman que j'ai soumis, sans succès, à un éditeur.
Le titre : Robinson aurait-il cru Zoé ?
J'y retoucherai peut-être un jour.
Mais c'est surtout au niveau des titres de mes innombrables projets que j'ai du plaisir.
J'ai amorcé, entre autres, la rédaction d'un autre chef-d'oeuvre intitulé Thé russe.
Pourquoi ?
Pour que des gens puissent dire : As-tu lu Thé russe ?
De même je pourrais écrire un monument simplement intitulé La vie.
Pourquoi ?
Pour, dans ma mégalomanie congénitale, je puisse dire : je suis l'auteur de La vie.

le bonheur anonyme

* Pour ceux qui ne le savent pas, ou qui l'ignorent, c'est le titre d'une excellente chanson de Claude Dubois que je me permets de saluer ici.

lundi, décembre 08, 2008

Panneau indicateur

Finalement, je réalise que je suis perdu.
Est-ce que quelqu'un connait le chemin ?

la tête folle

dimanche, décembre 07, 2008

Mauvaise blague

Avec mes excuses anticipées à toutes les victimes, voici une blague qu'il faut situer dans un établissement de soins prolongés (centre d'accueil pour personnes âgées).

- Et vous monsieur X, que faisiez-vous avant votre retraite ?

- Attendez, attendez. Dites-moi le pas, dites-moi le pas. Je le sais, je le sais... Ah oui, de l'amnésie !

le pas drôle

vendredi, décembre 05, 2008

Gratuit

Dans notre société, tout ce qui est gratuit est suspect.

le coupon-réponse

mardi, décembre 02, 2008

Au tennis

À coups de revers, on remporte la victoire.

le court court

lundi, décembre 01, 2008

Mauvais poil

N'y a-t-il pas des jours où vous avez l'impression indélébile d'être l'ultime débile ?
Que dans le cloaque dans lequel nous pataugeons, vous êtes le dindon d'une farce que tout le monde rit mais que personne ne trouve drôle ?
Que ce que vous percevez comme vos qualités n'est en fait qu'une distorsion pathologique de ce que les autres considèrent être des défauts ?

la douleur chronique

vendredi, novembre 28, 2008

Étincelle

D'abord un gros bonjour à Mij qui est venue poser son regard allumé sur mon univers débile.
Ta poésie me manque ma belle.

Et un mot sur notre merveilleux univers non moins débile de politique nationale.
Sans discourir sur les plausibles stratégies de corridor impliquées, je dois reconnaître que l'espace d'une étincelle (le cliché : "l'espace d'un instant" est celui qu'il me semble rencontrer le plus souvent dans la littérature, même dans celle des plus grands : je veux bien croire que le concept espace-temps fait son chemin, mais boy, gimmi a break) et le temps d'un rot (de gigot à l'ail; l'odeur persiste plus longtemps qu'après un Big Mac) la politique nationale soulève d'un micron mon intérêt.
Qu'arrivera-t-il à notre gouvernement lundi prochain. Le mystère est épais (tout à fait dans l'ordre des choses en politique). La réponse au téléjournal du 1er décembre à 18h00.

Le temps d'attente (19 heures plus tard dans les salles d'urgence)

P.S. Désolé pour les quelques étrangers qui s'égarent en ces lieux peu hospitaliers, avec un salut spécial au moscovite qui y est venu récemment, mais ce billet a définitivement une saveur locale (d'osso bucco).

lundi, novembre 24, 2008

Partons la mer est belle

Je suis comme les grands navires :
je déteste échouer.

la bouée de sauvetage

dimanche, novembre 23, 2008

Dites trente-trois

Dans mon livre Patrick Roy demeurera un grand gardien mais un petit homme.

Mon 110%

vendredi, novembre 21, 2008

Publicité

J'ai reçu une excellente publicité pour un produit qui prolonge votre plaisir au lit.
Il s'agit d'un somnifère.

la bonne nuit

jeudi, novembre 20, 2008

Feu

Les jours pompiers, j'ai l'alarme facile.

la borne fontaine

Facilité

En matière de suicide, je suis croyant mais non-pratiquant.

Toujours vivant

Temps mort

Dans une vie antérieure, j'étais déjà mort.
Alors ce que l'avenir me réserve...

le passé décomposé

mardi, novembre 18, 2008

Enfer

Mon dieu m'a ordonné d'arrêter d'écrire ces conneries que si peu de gens lisent.
Je l'ai envoyé au diable.

le feu éternel

dimanche, novembre 16, 2008

Cadeau

Voir commentaires

avis public


Par respect envers mon humble petite personne, je remplace ce billet par quelque chose qui correspond mieux à mes valeurs fondamentales.

Prout !

samedi, novembre 15, 2008

Paroles et musique

Composer une chanson, c'est, entre autres, se donner un air, non ?

la virgule symphonique

mardi, novembre 04, 2008

Question

Si Obama est élu aujourd'hui, va-t-il falloir renommer la Maison-Blanche ?

le daltonien de service

samedi, novembre 01, 2008

Pot M

Je suis un poète
Si je perdais mon eau
Je ne serais qu'un gaz

l'odeur éphémère

samedi, octobre 25, 2008

Évidence

Les monuments ne sont pas conscients de leur statut.

la statue mobile

caricature verbale

J'ai un siège de plus.
Je vais pouvoir rester assis plus longtemps.

Stéphane Dion

jeudi, octobre 16, 2008

Sixième sens

Pourquoi ai-je l'impression que la qualité de ce blogue sombre progressivement au niveau des commentaires qu'il suscite ?

le point d'interrogation

Requiem

Giusseppe Perotti (1767-1768) né et décédé à Varese des suites d'une méningite.
Perotti a sans doute été un des plus grands génies musicaux de tous les temps. Déjà ses pleurs en Sol majeur préfiguraient un talent qui ne se démentirait jamais.
Son oeuvre, qui aurait été marquée par un Requiem dégoulinant de douleur, aurait été porté au Panthéon de la musique aux côtés de Bach, Mozart, Beethoven, régnant selon plusieurs, souverain absolu, seul parmi les grands.
Mais jamais personne n'a pu l'entendre.
Si le même sort avait touché Bach, ou un autre comme Lennon par exemple, nous n'aurions jamais su ce que nous aurions manqué et c'est très bien comme ça.

la symphonie inachevée

Silence (reprise)

Je n'ai pas été le seul. Et qu'on ne vienne pas me parler du silence des agneaux, le taux de participation aux dernières élections fédérales a été le plus bas de l'histoire.
Et Foglia (qui pour une fois est allé voter, lui) reprend le thème dans sa chronique de ce matin.
Il parle aussi du livre The Road de Cormac McCarthy (Foglia en vante la traduction française : La Route) que j'ai eu le plaisir de lire dans sa version originale grâce à Lurch qui me l'a offert pour mon anniversaire.

One for The Road

mercredi, octobre 15, 2008

Action

Ça bouge sans doute en quelque part sur la blogosphère, mais j'avoue ne pas savoir "where the action is".

en quête d'info

Une autre vérité

Personne, vraiment personne, n'est comme tout le monde.

un gars ordinaire

mardi, octobre 14, 2008

Silence

La démocratie, c'est le droit de parler, de dire ce que l'on pense.
La démocratie, c'est aussi le droit de se taire.
Pour une rare fois, je n'irai pas voter aujourd'hui.
Je n'ai pas trouvé chaussure à mon pied.
Mais ce ne sont pas les pieds qui manquent.

le son et le silence

lundi, octobre 13, 2008

Prophétie

Tout ira bien, très très bien.

Sahi, rabbin

mercredi, octobre 08, 2008

Politique II

Pourquoi ai-je l'impression que pour bien voter, il me faudrait pouvoir voter ailleurs ?

le visiteur du cosmos

vendredi, octobre 03, 2008

Politique

Pour améliorer la performance de notre réseau de santé (appellation dérapante d'un système tordu), il faudrait limiter la gratuité des soins à ceux qui sont en parfaite santé.

le rhinocéros malade

mardi, août 19, 2008

la maladie coronaire

Ainsi un coroner bien avisé a décidé de recommander que tous les enfants du primaire suivent des cours de natation.
Avec tous ces toits coulants de nos écoles, il ne devrait pas être trop difficile de faire de leur sous-sol une piscine plus ou moins chauffée.
Mais le génie ne devrait pas s'arrêter là.
Tous les enfants qui franchissent la Porte du Nord devraient suivre des cours de survie en forêt.
Ceux qui prennent l'avion, des cours de parachutisme (en plus des cours de natation, bien sûr).
Ceux qui vont au Lac des Castors devraient prendre des cours d'alpinisme.
Et ceux qui vivent à Montréal-Nord un cours de maniement des armes à feu.
Finalement ceux qui lisent ce blogue devraient non seulement faire leur cours de médecine mais aussi se spécialiser en psychiatrie.

L'abus de coronnererie.

vendredi, août 01, 2008

heaven

After their death, all agnostics will gather in nowhere land.

the nowhere man

jeudi, juillet 03, 2008

nouveauté

La polyclinique que je fréquente assidument vient d'annoncer la venue d'un nouveau professionnel.
Il s'agit d'un sexologue spécialisé dans l'éjaculation précoce. Je n'aurai bien sûr jamais besoin de ses services mais je vous laisse son nom, juste au cas où : le docteur Yves Viens-Tard.

un service rendu

mercredi, juin 25, 2008

vendredi, juin 13, 2008

l'ultime frontière

Il est plus facile de comprendre une femme que de comprendre la gestion d'un seul de ses sacs à main.

la question sans réponse

lundi, mai 26, 2008

mon dieu

Si j'avais été dieu, au lieu de créer l'univers, je me serai créé une petite déesse bien à mon goût et j'aurais peuplé le néant de toute une kyrielle de petits diables.

un regret passager

lundi, mai 19, 2008

samedi, mai 10, 2008

Recommandation

Un autre blogue à suggérer à ceux d'entre vous qui maîtrisent l'anglais.

http://dullbert.blogspot.com

Un rythme de publication frénétique, mais il atteint la cible souvent.

les quatre étoiles

jeudi, mai 08, 2008

Requiem

Récemment, un curé que je connaissais est décédé.
Je ne suis pas en accord avec ses convictions.
Je ne suis pas en accord avec ses actions.
Mais je ne peux nier qu'il ait été de bonne foi.

la paix des braves

mercredi, mai 07, 2008

Question du jour

Vaut-il mieux avoir du plomb dans l'aile qu'avoir du plomb dans la tête ?

la perte d'altitude

jeudi, mai 01, 2008

des larmes sur la glace

Tous ces drapeaux du Canadien qui frétillent sur tant de voitures à la grandeur du Québec, peut-on les mettre en berne ?

la coupe et les mains vides

lundi, avril 28, 2008

pour les crédules

Ce message s'autodétruira dans dix secondes.

l'agent gladu

Définition

La mort, c'est ce qui arrive quand on s'en va.

Le lexicologue vivant

vendredi, avril 25, 2008

Jugement téméraire ?

Comme pour me faire un pied de nez suite à mon dernier message, au volant du premier véhicule portant le flambeau du Canadien croisé aujourd'hui, il y avait une dame avec un hijab.

la fouille corporelle

prudence

J'ai rencontré une femme qui m'a dit que l'islam est une religion d'amour.
Je n'ai rien dit. Je tiens à la vie.

Le risque zéro

jeudi, avril 24, 2008

À tous mes admirateurs

Tout ce que vous avez à faire pour être comme moi, c'est d'être vous-même.

moi-même

mercredi, avril 23, 2008

autre consolation

Quant à se consoler, pourquoi faire les choses à moitié ?
J'ai donc passé quelques heures chez Lurch hier.
Le contenu de nos discussions est essentiellement confidentiel mais une partie de la réflexion qui en découle laissera des traces sur mon autre blogue.

l'ami fidèle

lundi, avril 21, 2008

Prix de consolation

Encore sous le choc de l'annonce du départ de Mijestam, j'ai vagabondé sur la blogosphère.
Le hasard m'a amené à un petit quelque chose qui a fait du bien à mon moral.


http://wallpprz.blogspot.com/

Désolé Mazz, je ne me souviens plus comment faire des liens.

Anyway, rien pour nous faire oublier Mij.

Juste une petite distraction pour atténuer la peine.

le neurone nostalgique

dimanche, avril 20, 2008

Le passé

Je suis retourné auprès d'un peuple éteint auquel j'ai jadis appartenu.
Les rares survivants m'ont dit : Allume mon vieux, nous sommes éteints.
Et je suis reparti, différent mais non indifférent.

la flamme vacillante

samedi, avril 05, 2008

un peu de géographie

Une des villes les plus sous-estimée au monde est sans doute Nanterre, située près de Paris.
Sur le plan médical, on doit à cette ville le nom d'une maladie intestinale fréquente : on parle en effet d'une Nanterrite.
C'est aussi un lieu important dans l'histoire de la thanatologie : c'est de là que nous vient l'habitude de faire un Nanterrement.

le professeur Tournesol

vendredi, février 29, 2008

si

Si la maman de Marc Labrèche avait été une madame Boucher, Marc aurait pu se démarquer en marquant Labrèche-Boucher sur son générique.

la faute d'orthographe

samedi, février 09, 2008

aux dernières nouvelles

Selon une source d'information généralement bien informée, ni Mo ni Ahmed n'auraient droit à la moindre vierge. Il semblerait en effet que le paradis n'est pas une place pour les vierges.

le péché de chair

mercredi, février 06, 2008

divin dilemme

Imaginons un événement fictif sans le moindre rapport avec quelque réalité que ce soit.
Mo et Ahmed sont deux fanatiques de leur croyance lunatique.
Leur dieu Lune leur promet chacun la vie éternelle et vingt vierges (par jour) s'ils sacrifient leur misérable vie terrestre pour supprimer ses partisants du dieu Soleil.
Maladroit comme ce n'est pas possible, une fois en terrain lumineux Mo fait exploser sa bombe, tuant du même coup son confrère Ahmed dont la bombe n'explosera jamais.
Ils arrivent au ciel et le dieu Lune est bien embêté : Ahmed n'a pas sacrifié sa vie puisqu'il a été tué par Mo (toute ressemblance avec Cain et Abel serait complètement fortuite). Doit-il accorder des vierges à Ahmed et si oui doit-il les prendre dans le lot de Mo pour le punir de sa bévue ?

le cas de conscience

dimanche, janvier 27, 2008

Et si

Et si votre silence n'est pas vide
Cela veut-il dire que je suis sourd ?

l'oreille paralysée

samedi, janvier 26, 2008

hier

Où étais-tu hier
Quand j'attendais que demain
Me mette au goût du jour ?

laissé pour compte

métamorphose

Adolescent, j'écrivais mon journal intime.
Dans la blogosphère, malgré l'anonymat, le journal intime se métamorphose en journal public.
L'avantage, c'est l'interaction, souvent bénéfique, avec d'autres anonymes dont certains deviennent parfois des amis, et même plus.
Mais cette perte d'intimité fragilise peut-être l'effet introspectif du journal d'antan.
Ceux qui, comme moi, tiennent farouchement à leur anonymat, gardent pour eux des régions entières de leur vie. Les plus honteuses, peut-être, mais aussi les plus essentielles (et ce ne sont que très rarement les mêmes).

l'enfant caché

vendredi, janvier 18, 2008

Tatouage

Je me suis enfin fait faire une tatouage sur la poitrine : " Appelez la police !!! "
J'imagine la gueule de l'embaumeur.

la dernière joke

mardi, janvier 15, 2008

Déclaration juteuse

Le champion de natation m'a affirmé :
"C'est dans l'eau que je suis le plus solide."

le journaliste mouillé